MosaikHub Magazine

Financement des élections : le secteur économique et financier débattra sur sa contribution

vendredi 22 juillet 2016 par Sterlin Charles

À la suite de cette rencontre avec le président Jocelerme Privert, le secteur économique et financier se donne rendez-vous ce vendredi pour une réunion afin de réfléchir sur la façon d’arriver à une contribution citoyenne dans la perspective du financement des prochaines élections dans le pays.

À moins de trois mois des élections, l’administration Privert /Jean-Charles peine encore à identifier les mécanismes de financement pour les prochaines joutes électorales après le refus de l’international de les financer. Sur sa page Facebook, la présidence a fait mention d’une rencontre entre le président de la République, Jocelerme Privert, et des représentants du secteur économique et financier, au palais national, mercredi dernier, sur cette question.

Les représentants du secteur économique et financier, ayant participé à la rencontre, vont avoir une réunion, demain, aux dires de l’économiste Eddy Labossière, président de l’Association haïtienne des économistes (AHE) pour débattre de cette question.

Participant à cette rencontre au palais national, l’économiste Eddy Labossière a avancé que les représentants du secteur économique et financier montrent un certain intérêt pour financer les prochaines élections. « La Natcom envisage de contribuer à hauteur de 10 000 000 de dollars américains. Cependant, elle ne sait pas comment elle va y arriver. Il est difficile de prélever des centimes supplémentaires sur les appels après les fonctions déjâ pratiquées sur les appels internationaux. Les banquiers ont fait aussi des promesses. Il y a la possibilité d’avoir recours à des crédits d’impôt », a indiqué l’économiste, joint au téléphone par le journal.

Au cours de la réunion de ce vendredi, les discutions vont porter sur les procédures de financement des prochaines élections. « On pense à créer un compte pour les élections dans chacune des banques. Tout le monde pourrait déposer de l’argent sur ce compte. Toutefois, il reste à savoir comment on fera des retraits sur ce compte et aussi comment l’auditer », a affirmé Eddy Labossière, précisant qu’il est possible de monter une structure ad hoc qui disparaîtra après les élections.

Dans ses explications, l’économiste a fait croire qu’il pourrait y avoir un fonds créé exclusivement pour les prochaines élections. « Le fonds ne va pas être permanent, car il n’y a encore aucune loi pour mettre sur pied un fonds dédié aux élections », a soutenu le président de l’AHE, soulignant que la procédure va exiger qu’il y ait une comptabilité par fonds (fonds secteur public et fonds secteur privé).

En ce qui concerne le budget des élections à venir, Eddy Labotière pense qu’il est possible de le réduire d’au moins 30%. « C’est une erreur de reconduire les mêmes structures du budget préparé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Quand on sait qu’en deux ou trois mois, les spécialistes étrangers dépensaient environ 1,4 million de dollars américains dans la location de véhicules sans compter les frais de voyage », a dénoncé l’économiste.

Au nombre des personnalités ayant participé à la rencontre avec le président Privert, figurent le président du Forum économique du secteur privé, Grégory Brandt, le président de l’Association professionnelle des banques, Maxime D. Charles, le P.D.G. de la Unibank, Carl Braun, l’économiste en chef de la Sogebank, Pierre Marie Boisson, le directeur général de la Digicel, Marteen Boute, le président de l’Association haïtienne des économistes, Eddy Labossière, etc.

AUTEUR

Gérard Junior Jeanty

jeantygerardjr@lenouvelliste.com


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory