MosaikHub Magazine

Anacacis Jean Hector : « Jude Célestin ira tout seul dans un second tour avec Jovenel Moïse »

mardi 29 décembre 2015 par Sterlin Charles

Quoique les tractations vont bon train, le processus électoral est encore dans l’impasse. La formation de la commission d’évaluation électorale indépendante semble n’y apporter pas même un semblant de dénouement tant les positions des protagonistes tendent à se radicaliser. La dernière sortie de l’ambassadeur américain en Haïti, Peter Mulrean, celle de Kenneth Merten sur les ondes de la Voix de l’Amérique – si elles ne font que corser davantage le jeu – n’aident pas, du moins apparemment. Quand ce n’est pas Maryse Narcisse qui rappelle que ses partisans « resteront mobilisés », c’est Jean Hector Anacacis qui, comme un couperet, a sorti ses dernières cartouches ce lundi : « Jude Célestin se retrouvera tout seul dans la mêlée s’il participe au second tour. » C’est dire donc que rien n’est encore joué et que beaucoup reste à faire dans ce jeu de poker menteur. Sur les ondes de divers médias de la capitale en début de matinée, dont Caraïbes FM, Jean Hector Anacacis, coordonnateur de LAPEH, a mis en garde son poulain de s’aventurer tout seul dans un second tour de la présidentielle avec le candidat du pouvoir, Jovenel Moïse. « S’il ose le faire, il sera seul », a insisté Anacacis. L’ancien sénateur du parti Inite (Unité, en français), surtout reconnu pour son style boute-en-train, s’en est, au passage, pris ouvertement à l’un des conseillers politiques de Jude Célestin. Justement, ce dernier, quelque temps auparavant, avait estimé que l’installation de la commission par KP est un « pas dans la bonne direction ». Tout le contraire pour Jean Hector Anacacis ! « Cette entité (Commission d’évaluation électorale indépendante, NDLR) est mise sur pied dans l’irrespect des revendications du G-8 et d’autres secteurs de la vie nationale », a-t-il affirmé, croyant tout de même que l’exécutif, notamment le président de la République, « a encore du temps pour se ressaisir » et, par voie de conséquence, « faciliter la résolution de la crise ». Au-delà de toute considération, le responsable de LAPEH, comme d’autres dirigeants politiques, reste intransigeant sur une exigence : « Le candidat officiel du pouvoir Tèt Kale doit être exclu de la course électorale à cause de nombreuses fraudes planifiées en sa faveur ! » Dans l’intervalle, la crise perdure et risque de perdurer, sinon s’envenimer, même après les recommandations de la commission d’évaluation électorale indépendante.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory