MosaikHub Magazine

Après l’attentat d’Istanbul, la Turquie a bombardé des positions de l’EI en Syrie et en Irak

jeudi 14 janvier 2016 par Sterlin Charles

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a annoncé que l’artillerie turque avait visé près de 500 cibles de l’EI, tuant 200 djihadistes, en représailles.

L’artillerie turque a bombardé « près de 500 positions » du groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie en représailles à l’attentat-suicide attribué au mouvement djihadiste qui a tué 10 touristes allemands mardi à Istanbul, a annoncé jeudi le Premier ministre turc. « Après le lâche attentat d’Istanbul, nos forces armées ont visé ces 48 dernières heures par des tirs de char et d’artillerie près de 500 positions de Daech (l’acronyme arabe de l’EI) en Syrie et en Irak », a déclaré Ahmet Davutoglu lors d’un discours devant les ambassadeurs turcs réunis à Ankara. Quelque 200 djihadistes ont été tués lors de ces bombardements, a-t-il affirmé. « Toute attaque qui vise les invités de la Turquie sera punie », a encore assuré le chef du gouvernement islamo-conservateur turc.

Mardi matin, un attentat-suicide a visé un groupe de touristes allemands à quelques centaines de mètres de la basilique Sainte-Sophie et de la Mosquée bleue, deux des monuments les plus visités de la plus grande ville de Turquie. Selon les autorités turques, il a été perpétré par un Syrien âgé de 28 ans, identifié dans les médias comme Nabil Fadli, qui est entré en Turquie quelques jours avant l’attaque comme un « migrant ordinaire » dans le flot des réfugiés qui fuient la Syrie en guerre. Sept suspects ont été interpellés depuis, a indiqué jeudi le ministre de l’Intérieur Efkan Ala. Longtemps accusée de complaisance à l’endroit des rebelles radicaux en guerre contre le régime de Damas, la Turquie a rejoint l’été dernier la coalition internationale anti-djihadiste et a frappé depuis, à plusieurs reprises, des cibles de l’EI en Syrie.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory