MosaikHub Magazine

Boko Haram et Daesh : le début de la fin !

dimanche 22 février 2015 par Sterlin Charles

Ne nous fions pas aux apparences, les djihadistes subissent leurs premiers revers. Leur fin est programmée, même si le combat sera encore long et pénible.

Les bonnes nouvelles ne sont pas légion surtout sur le front de la lutte contre les extrémismes et la bêtise, alors sachons nous réjouir quand elles jaillissent de cette actualité sombre. En visite ce week-end en Afrique subsaharienne, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, est venu assurer les forces engagées contre Boko Haram du soutien de la France et de la proposition de notre pays de coordonner leurs efforts. Ensemble, le Tchad, le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Bénin devraient mobiliser 8 700 hommes pour lutter contre ce mouvement salafiste djihadiste né dans le nord-est du Nigeria et qui a pour objectif d’appliquer la charia sur l’ensemble des territoires qu’il parvient à conquérir... Depuis 2009, l’insurrection de Boko Haram et sa répression par les forces nigérianes ont fait plus de 13 000 morts et 1,5 million de déplacés. Ces derniers mois, les morts se comptent chaque semaine par dizaines et la barbarie de cette secte semble avoir encore progressé. Cette coalition africaine, soutenue par les puissances occidentales et par l’ONU, marque le début de la fin pour les rebelles. Ce week-end, l’armée nigériane a d’ailleurs repris la ville stratégique de Baga. Mais nul ne sait combien de temps durera ce dernier épisode ni quel sera son bilan final.

Plus au nord, la situation du groupe État islamique est également moins triomphante qu’il n’y paraît. L’extension de cette zone dérobée à des pays aux structures étatiques faibles et aux troubles intérieurs certains a trop duré. Au point d’inquiéter les puissances régionales locales qui ont décidé de mettre un terme à cette dérive. L’Égypte a officiellement envoyé cette semaine ses avions pour bombarder les positions de Daesh. Avant elle, l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, le Qatar, la Turquie ont participé à l’effort de guerre, cette fois-ci militairement soutenus par une demi-douzaine de nations occidentales. Les revers du groupe État islamique sont plus importants qu’on ne l’imagine. À l’Est (en Syrie et en Irak) et au Nord (à la frontière turque), les armées de cette organisation salafiste djihadiste qui a proclamé le 29 juin 2014 l’instauration d’un califat sur les territoires irakiens et syriens reculent. Elles se déplacent vers l’Ouest et auraient transformé le sud de la Libye en "hub terroriste" selon l’expression de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. Mais, en gagnant le Maghreb, ces fous de Dieu franchissent la ligne jaune et obligeront l’Algérie, le Maroc puis l’ensemble de l’Europe à réagir fermement. C’est alors un autre conflit qui se profile, à l’issue (beaucoup) moins incertaine...

LIRE aussi notre article "Comment l’"État islamique" s’est installé aux portes de l’Europe"

Les musulmans, premières victimes !

Le terrorisme islamisme est meurtrier en Europe : 191 victimes sont décédées le 11 mars 2004 lors de multiples explosions autour de la gare d’Atocha à Madrid ; 56 ont été fauchées par 4 explosions à Londres le 7 juillet 2005 ; et bien entendu, les événements récents de Paris et du Danemark sont encore dans tous les esprits. Ces carnages ne sont rien comparés à ceux que vivent les pays africains, que leurs populations soient à majorité musulmane ou pas ! Ce sont donc les musulmans modérés qui ont le plus à craindre d’une radicalisation de leurs voisins, et se sont eux qui mènent et mèneront les opérations de police nécessaires pour éradiquer les fondamentalistes. Oui, l’islamisme est d’abord un danger pour l’islam ! Et l’Occident n’est finalement victime que des effets de bords de ces conflits aveugles et féroces.

La prise de conscience de l’Égypte, du Qatar ou de l’Arabie saoudite - de plus en plus rétifs à soutenir financièrement des groupuscules sunnites ou chiites qui rapidement leur échappent et viennent menacer leurs intérêts - sont la plus douce musique qui puisse retentir aux oreilles des Européens. Et voilà que s’esquisse même une coopération durable et profitable entre des États aux intérêts convergents. Des Rafale français ou des F-16 américains viendront sceller cette idylle. La paix et la prospérité sont les religions les mieux partagées au monde. Et des colombes de paix plus efficaces que les faucons des idéologies...


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory