MosaikHub Magazine

Des soldats russes combattent-ils en Syrie ?

mardi 8 septembre 2015 par Sterlin Charles

Des photos et une vidéo postées sur les réseaux sociaux suggèrent la présence de soldats russes aux côtés des forces de Bachar el-Assad.
Le Point.fr

Ce sont des clichés qui, s’ils sont vérifiés, marquent sans aucun doute un tournant dans la guerre en Syrie. Le Monde révèle ainsi l’existence de selfies postés récemment sur le réseau social VKontakte - le Facebook russe - et suggérant la présence de soldats russes en Syrie, au-delà de la base navale russe de Tartous. Le 27 août dernier, le jeune Pavel N., originaire de Sébastopol en Crimée, pose en uniforme militaire devant un blindé sur lequel est peint le drapeau syrien.

Soldats russes en Syrie © VKontakteLe 27 août dernier, Pavel N., originaire de Sébastopol en Crimée, pose en uniforme militaire devant un blindé sur lequel est peint le drapeau syrien. © VKontakte

Dimanche, c’est Vania S., 19 ans, qui poste une photo de quatre soldats, casques sur la poitrine, suivie du commentaire : « C’est la Syrie !!! C’était dur, les mecs ! » Des clichés semblables ont été pris depuis la ville de Tartous, mais aussi Lattaquié, fief des el-Assad, ou encore Homs, bastion de la révolution toujours en proie aux combats. Ces images rappellent les selfies de jeunes soldats russes engagés dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine, aux côtés des séparatistes pro-Moscou, malgré les dénégations du Kremlin. Depuis, la Russie a pris ses dispositions en adoptant une loi interdisant la publication de tels clichés.

Soldats russes en Syrie © VkontakteMaxime M., 27 ans, pose devant un portrait de Bachar el-Assad et de Vladimir Poutine. Il a depuis effacé le cliché du Facebook russe Vkontakte. © Vkontakte

« Le ministère de la Défense ne dément rien et ne commente rien »

Si les soldats posant sur ces selfies paraissent trop jeunes pour être les conseillers militaires officiellement envoyés par Moscou pour aider l’armée de Bachar el-Assad, rien n’indique en revanche qu’ils prendraient directement part aux combats. Or, c’est justement ce que suggère une vidéo datée du 23 août et diffusée sur YouTube dans laquelle on peut entendre, au beau milieu des tirs, des soldats crier en russe « Davaï, davaï ! Iécho raz ! » (« Vas-y, vas-y ! Encore une fois ! »).

La multiplication de ces indices a amené un député d’opposition à la Douma - le Parmement russe -, Dmitri Goudkov, à réclamer des comptes au ministère de la Défense. « Je reçois de nombreux messages de citoyens préoccupés par des rumeurs sur une éventuelle participation de soldats russes aux combats en Syrie », a-t-il écrit dans une lettre adressée au ministre Sergueï Choïgou et rapportée par l’Agence France-Presse. « Comme le ministère de la Défense ne dément rien et ne commente rien, les citoyens (...) ont l’impression que ces informations pourraient correspondre à la réalité », a expliqué Dmitri Goudkov.

La semaine dernière, la télévision d’État syrienne Sana assurait déjà que des soldats russes se battaient aux côtés de l’armée de Bachar el-Assad, comme le rappelle le quotidien britannique The Times. Et ce lundi, un responsable américain a déclaré à l’agence de presse Reuters que les États-Unis avaient détecté des « préparatifs inquiétants » concernant le transport vers un aéroport syrien de bâtiments préfabriqués destinés à des centaines de personnes, signe peut-être d’un engagement russe à venir en Syrie.

« Montée en puissance militaire russe imminente »

« Il n’y a absolument rien de vrai dans tout ce qui s’est dit ces derniers jours. Il n’y a pas de forces russes, et il n’y a pas d’activité militaire russe, ni terrestre, ni maritime, ni aérienne », a réagi lundi soir le ministre syrien de l’Information, Omrane al-Zohbi à Al-Manar, chaîne du Hezbollah chiite libanais, un allié du régime syrien. « Il s’agit d’une idée fabriquée par les renseignements occidentaux et arabes pour donner l’impression (...) que l’État syrien s’est affaibli jusqu’au point de demander l’aide directe de (pays) amis. » Pourtant, fin juillet, le président syrien Bachar el-Assad confessait en direct à la télévision syrienne manquer de soldats face à la rébellion. Un rare aveu de faiblesse qui avait été interprété à l’époque comme un appel au secours en direction de ses deux indéfectibles alliés, la Russie et l’Iran.

Les informations sur une présence accrue de soldats russes en Syrie ont en tout cas été jugées suffisamment crédibles pour que le secrétaire d’État américain s’en inquiète officiellement samedi auprès de son homologue russe Sergueï Lavrov. D’après le département d’État, John Kerry a précisément parlé avec son interlocuteur « d’informations évoquant une montée en puissance militaire russe imminente » en Syrie. « La partie russe n’a jamais caché qu’elle livrait des équipements militaires aux autorités syriennes pour lutter contre le terrorisme », s’est contenté de répondre Sergueï Lavrov, selon la porte-parole de la diplomatie russe.

La veille, le président russe Vladimir Poutine avait déclaré qu’il était encore trop tôt pour parler d’un engagement militaire de la Russie en Syrie dans le cadre de la lutte contre le groupe État islamique (EI), non sans rappeler que Moscou vendait depuis longtemps des armes au régime du président syrien Bachar el-Assad.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory