MosaikHub Magazine

Israël embarrassé après la mort d’un responsable palestinien

vendredi 12 décembre 2014 par Sterlin Charles

L’ancien ministre et homme politique palestinien Ziad Abu Eïn est mort ce mercredi lors d’une manifestation en Cisjordanie après avoir été pris à partie par des soldats israéliens. S’en sont suivis des affrontements entre Palestiniens et forces israéliennes autour de Ramallah - un adolescent palestinien a été grièvement blessé à la tête par un tir d’un soldat israélien. Les obsèques de Ziad Abou Eïn auront lieu à la mi-journée, à la Muqata, le siège de l’Autorité palestinienne.

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

Les autorités israéliennes sont très embarrassées par cette affaire. Ziad Abou Eïn était un responsable politique connu et les causes de sa mort ne sont pas claires. Les rapports d’autopsie qui commencent à filtrer sont contradictoires.

Les Palestiniens affirment qu’il est mort après voir reçu des coups des soldats israéliens et inhalé des gaz lacrymogènes. Les Israéliens estiment qu’il est mort d’une crise cardiaque due au stress des affrontements.

Quoi qu’il en soit, Mahmoud Abbas, le président palestinien a accusé très rapidement Israël de « crime barbare qui ne doit pas rester impuni ». « Toutes les options sont ouvertes » a-t-il prévenu. La grande crainte des Israéliens, c’est qu’il arrête la coopération sécuritaire entre forces palestiniennes et israéliennes, ce qui aurait des conséquences graves pour Israël, notamment pour déjouer des attentats sur son sol.

Le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, a dit regretter la mort de Ziad Abou Eïn et a rappelé l’importance de conserver une situation sécuritaire stable. Benyamin Netanyahu, le Premier ministre, a envoyé un message à Mahmoud Abbas l’appelant à agir de façon responsable.

Les Israéliens craignent une nouvelle flambée de violences dans un contexte déjà tendu depuis plusieurs mois. L’armée et la police des frontières ont d’ailleurs décidé d’envoyer des renforts en Cisjordanie. Les Etats-Unis se disent « profondément préoccupés » par ce décès, et appellent Israël à conduire « une enquête rapide, équitable et transparente ».

■ Ziad Abu Eïn, un responsable crédible aux yeux des Palestiniens

Avec notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert

Ziad Abu Eïn, parfait anglophone, savait se montrer disponible pour répondre aux journalistes, notamment étrangers. L’ancien ministre des prisonniers connaissait le dossier sur le bout des doigts et avait une certaine crédibilité aux yeux des Palestiniens. Il avait passé plusieurs années dans les geôles israéliennes.

Il n’était pas rare de voir le responsable dans des rassemblements et des manifestations de soutien aux prisonniers même s’il avait changé depuis juin dernier de dossier, pour prendre celui de la colonisation israélienne. En effet, membre du Fatah, le parti du président Abbas, il avait dû abandonner son poste de ministre. Le gouvernement d’union devait être apolitique.

Dès l’annonce de sa mort, le président de l’Autorité palestinienne a dénoncé « un acte barbare » et demandé que toute la lumière soit faite sur la mort du membre de son gouvernement. Mahmoud Abbas a réuni mercredi soir les membres de la direction palestinienne.

Alors que plusieurs voix ont demandé la suspension de la coopération sécuritaire avec Israël, le président a décidé de ne pas décider. Il a repoussé à vendredi l’initiative qui serait un geste de défiance envers Israël.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory