MosaikHub Magazine

Kenneth Merten reconnait que le pays se dirige vers un éventuel gouvernement de transition

mardi 26 janvier 2016 par Sterlin Charles

Haïti est susceptible d’installer un gouvernement intérimaire pour transférer le pouvoir à un nouveau président, a déclaré lundi un haut responsable américain, après qu’Haïti a annulé la journée d’élection du dimanche 24 janvier 2016. -

Le coordonnateur spécial au département d’Etat pour Haïti, Kenneth Merten, a déclaré que Washington voulait voir l’organisation de nouvelles élections rapidement et est opposé à une longue période de transition. Il a par ailleurs reconnu que les élections n’auraient vraisemblablement pas lieu avant le 7 février, la date de départ du président Martelly. « De manière réaliste », Merten a déclaré à Reuters : « Nous pouvons être à la recherche d’une certaine solution temporaire jusqu’à ce qu’il y ait un transfert [de pouvoir] à un nouveau président élu. Notre crainte est que nous ouvrions une porte indéfiniment. » « D’après notre analyse, c’est une étape dangereuse à ne pas franchir », a déclaré Merten. Les partis de l’opposition veulent le départ de Martelly le 7 février, tel que mandaté par la Constitution, bien que certains membres de son parti veuillent qu’il reste en fonction pour superviser les élections jusqu’à ce que son mandat de cinq ans se termine en mai. Haïti devait choisir le remplaçant de Martelly dimanche, mais la présidentielle a été reportée sine die après que le candidat de l’opposition Jude Célestin a refusé de participer à une fraude présumée ayant suscité des protestations et la violence anti-gouvernementales. Certains candidats appellent à un gouvernement de transition non élu pour prendre la place de Martelly pour une période de temps plus longue, renouant avec une période violente de deux ans après les événements de 2004. « Ce qui n’est pas une bonne chose, c’est de voir les gens dans les rues et créant de la perturbation et de l’intimidation, ce qui est inacceptable à nos yeux », a déclaré Merten, qui était l’ambassadeur américain en Haïti au moment du tremblement de terre de 2010 et de l’élection présidentielle qui a porté Martelly au pouvoir. « Nous suivons très attentivement, nous sommes très préoccupés, nous espérons que le dialogue entre les candidats, le président [Martelly] et le président du Sénat et d’autres peuvent aboutir à une solution », a déclaré Merten. Martelly a pris le pouvoir en mai 2011, après la date limite de février prévue par la Constitution, en raison d’une impasse politique et des retards dûs au tremblement de terre. Source Reuters Traduction de Patrick SAINT-PRE -


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory