MosaikHub Magazine

L’ati Joseph Comas sur les traces de Max Beauvoir…

jeudi 10 mars 2016 par Sterlin Charles

Joseph Fritzner Comas, né le 13 novembre 1954 à Port-au-Prince, est le nouveau visage du chef des vaudouisants en Haïti. Elu Ati national le 27 février 2016, il a un mandat de sept ans pour rassembler ses pairs sous le mapou de la paix. Sur le cadavre encore chaud du mythique ati Max Beauvoir, parti rejoindre les ancêtres à 79 ans, la guerre à la chefferie avait fait rage et attisé les clivages. La mort de l’ati Alcéma Zamor à la suite d’un accident de la circulation, peu après son élection, n’a pas manqué d’alimenter les chroniques urbaines, les zens colorés, épicés, sortis de l’imaginaire collectif haïtien, à cheval entre le merveilleux et le maléfique. « Zamor a été mangé », signaient des gens, cartésiens, mais assez superstitieux pour partager, parfois sous le ton de la boutade, cette réflexion dans les salons.

Pour l’ati Comas, élément relativement neutre, installé au Canada depuis 1979, recoller les morceaux n’est pas une affaire de puissance mystique, de « ponyèt ». C’est plutôt une affaire de sagesse. « La sagesse, c’est la plus grande magie », confie l’ati Joseph Fritzner Comas, des paroles de paix à la bouche. « J’ai reçu l’ason pour devenir houngan en 1978. D’expérience, je sais que la peur nourrit le diable. Le diable, c’est le côté obscur de l’être », soutient Comas, fils du houngan Thomas Comas et de la mambo Nellie Julmiste de Thor 69, à Carrefour. Recoller les morceaux, rassembler les drapeaux n’est pas l’unique objectif du nouvel ati, marié, père de deux enfants. Sur les traces de Max Beauvoir, « un grand homme », il promet de marcher et de parachever une œuvre. Il projette d’effectuer le recensement des lakous, des péristyles. Il veut construire, dans chaque département, « le bagui conceptuel », l’équivalent d’une cathédrale, lieu de grand culte.

Joseph Fritzner Comas veut redynamiser les « gwetode » dans les dix départements, chargés d’élire les atis. Au quotidien, le travail sera d’être le défenseur du vaudou, des vaudouisants, affirme cet ancien élève du Séminaire Adventiste Franco-Haïtien de Diquini, détenteur d’un baccalauréat en sciences politiques de l’UQUAM et d’un certificat en théologie de « Humble College en Ontario ». Cofondateur de Daho, président de Zantray Canada, Joseph Fritzner Comas, fait prince du Bénin en 1999 par Sosaguedonguew, envisage de s’installer en Haïti après 37 ans de pratique au Canada comme conseiller spirituel et guérisseur. Silhouette imposante, voix de stentor, Joseph Fritzner Comas, chevauché par Ogou Batagri, entame son mandat avec calme, sagesse, sans l’impétuosité, l’effervescence propres aux « Ogou », lois guerriers dans la mythologie vaudoue…


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory