MosaikHub Magazine

L’Iran veut interdire l’utilisation du mot "vin"

vendredi 22 janvier 2016 par Sterlin Charles

INTERNATIONAL - La coupe est pleine. Le ministère de la culture iranien, par la voix de Mohammad Selgi responsable des questions d’édition dans la république islamique, a décidé de bannir l’utilisation du mot "vin" des livres qui seront publiés dans le pays, rapporte le Telegraph

.

"Les mots comme le vin ou des noms d’animaux de pays étrangers, ainsi que les noms de certains présidents sont également interdits par ces nouvelles dispositions de la loi", a déclaré ce dernier qui a précisé que le régime passait au peigne fin les nouveaux livres qui doivent sortir à Téhéran. Seront aussi bannies toutes allusions à la masturbation.

"Quand de nouveaux livres nous sont soumis, notre équipe les lit d’abord page par page pour s’assurer qu’ils font la promotion de la révolution islamique et qu’ils luttent contre les attaques culturelles de l’Occident, en censurant toute insulte faite aux prophètes", a-t-il détaillé. Il s’agit d’une demande expresse de l’ayatollah Khomeini, selon Mohammad Selgi. Pour que cette vaste censure puisse se faire convenablement, les éditeurs sont invités à transmettre aux autorités les fichiers PDF des livres qu’ils souhaitent publier.

La polémique du vin à l’Elysée

Cette décision ciblant le vin intervient deux mois après la polémique du dîner de l’Elysée. Le 17 novembre en effet, le président iranien Hassan Rohani devait être reçu par François Hollande. Problème, la fine fleur du vignoble français est venue perturber le protocole selon les informations de RTL.

D’après plusieurs interlocuteurs dans les milieux d’affaires français et iraniens, l’Iran aurait demandé –comme c’est souvent le cas– un menu halal et la suppression des bouteilles d’alcool à table. Sauf que la France aurait refusé cette requête, ne souhaitant pas déroger à ses traditions laïques. Résultat, les deux parties avaient trouvé un terrain d’entente autour d’un petit-déjeuner.

Quoi qu’il en soit, il est désormais...
Retrouvez cet article sur le Huffington Post


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory