MosaikHub Magazine

L’UE prête à « revenir » sur ses sanctions si le cessez-le-feu tient en Ukraine

dimanche 7 septembre 2014 par Sterlin Charles

« Le cessez-le-feu est un pas important, mais ce n’est qu’un pas ». Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a ouvert la porte dimanche 7 septembre à la révision des nouvelles sanctions de l’UE envers Moscou si le cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine est « durable » et si des négociations de paix commencent.

« Nous avons remarqué que la Russie ne consentait que difficilement à des négociations sérieuses », a expliqué Herman Van Rompuy à la chaîne de télévision belge VRT, alors que le cessez-le-feu entamé vendredi est mis à mal dans l’est de l’Ukraine.

Une femme a été tuée par des tirs à Marioupol, première victime depuis le cessez-le-feu, et les abords de l’aéroport de Donetsk étaient dimanche le théâtre de tirs d’artillerie, faisant craindre l’échec d’une sortie de crise entre Kiev et les rebelles prorusses. « Le plus important était d’arriver à un cessez-le-feu. Il y a eu quelques incidents. Nous devons attendre un peu pour voir si ces incidents vont durer ou si ce sont des exceptions », a commenté M. Van Rompuy.

« ENCORE UN GRAND PAS » AVANT LA PAIX

« Pour accroître la pression sur la Russie, nous avons pris des sanctions en plusieurs phases [...] et ça s’est concrétisé pendant le courant de la semaine écoulée », a rappelé celui qui sera remplacé fin novembre par l’actuel premier ministre polonais, Donald Tusk.

« Nous sommes prêts, si le cessez-le-feu est durable, et/ou si les négociations de paix commencent, à revenir sur ces sanctions », a toutefois ajouté Herman Van Rompuy sur la chaîne de télévision publique flamande. « En tout état de cause, il y a un cessez-le-feu, après près de 2 000 morts, ne l’oublions pas. Entre ça et la paix, il y a encore un grand pas et ces négociations doivent commencer le plus vite possible », a insisté le président du Conseil européen
Cette nouvelle batterie de sanctions, finalisée vendredi par les ambassadeurs de l’UE, comprend des mesures renforcées concernant l’accès aux marchés des capitaux, la défense, les biens à double usage civil et militaire et les technologies sensibles, ainsi qu’une nouvelle liste de noms de personnes visées par un gel des avoirs et une interdiction de visa européen.

Dimanche, le premier ministre de la république séparatiste autoproclamé de Donetsk (DNR), Alexandre Zakhartchenko, a annoncé qu’un statut spécial pour les régions séparatistes dans l’est de l’Ukraine serait discuté d’ici à une semaine à Minsk par Kiev, Moscou et les rebelles, avec l’OSCE. « Si ce n’est pas accepté, alors le protocole d’accord n’aura plus aucune valeur », a-t-il menacé, selon l’agence de presse russe Interfax


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory