MosaikHub Magazine

La commission électorale débute ses investigations

mardi 29 décembre 2015 par Sterlin Charles

Les membres de la commission d’évaluation électorale affichent leur détermination à remplir la délicate mission qui leur est confiée. Les membres de cette commission indépendante ont eu des séances de travail avec les dirigeants du Conseil Electoral Provisoire (CEP) et les hauts cadres de cette institution.

Le porte parole de la commission, Rosny Desroches, affirme que les commissaires et les conseillers électoraux ont eu une rencontre de plus de trois heures sur le fonctionnement de la machine électorale. Des hauts cadres dont le directeur exécutif, le directeur du Registre électoral et le directeur des opérations ont eu également des séances de travail avec les membres de la commission.

En outre les commissaires ont eu le dimanche 27 décembre une rencontre avec le directeur et les hauts cadres du Centre de Tabulations des votes. M. Desroches affirme que l’accueil a été chaleureux. Au terme de deux heures d’échanges les commissaires ont pu obtenir le protocole de fonctionnement du CTV. C’est un document important dont les conseillers avaient toujours refusé l’accès aux organismes de défense des droits humains et de la société civile.

M. Desroches affirme que la commission dispose de ses propres experts et de ses techniciens pour évaluer 15 % des procès verbaux.

La commission explique qu’il est impossible de vérifier plus de 12 000 procès verbaux dans le délai imparti par le décret électoral. Toutefois M. Desroches soutient que la commission invite les candidats à la présidence à soumettre des procès verbaux en leur possession qui ne sont pas conformes à ceux publiés par le CEP.

Le coordonnateur de la commission, Armand Louis, assure que des efforts sont déployés pour que le rapport puisse être soumis dans le délai prévu par le décret électoral.

Interrogé sur une certaine influence de l’exécutif sur la commission, M. Desroche a fait valoir que les commissaires œuvrent en toute indépendance. Il assure qu’il s’agit d’une mission réalisée dans le cadre de bénévolat avec seulement des moyens mis à leur disposition par le gouvernement. Nous n’avons pas reçu de prime de risque, explique M. Desroches laissant entendre qu’ils assument le risque en tant que citoyen.

LLM / radio Métropole Haïti


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory