MosaikHub Magazine
Présidence provisoire/Elections

Le nouveau CEP installé et investi

jeudi 31 mars 2016 par Sterlin Charles

- 
Un deuxième pas pour Jocelerme Privert. Un Conseil électoral provisoire fonctionnel. Après avoir prêté serment devant les juges de la Cour de cassation mercredi, c’est le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Camille Edouard Jr, qui a installé les neuf nouveaux membres du CEP au bureau de l’institution électorale à Pétion-Ville.

Une exhortation : « Ne pas suivre les traces de certains membres de l’ancien CEP… » Une promesse : « Nous allons faire la différence… » Frinel Joseph, Carlos Hercule, Kenson Polynice, Marie-Herolle Michel, Josette Jean Dorcély, Léopold Berlanger, Lucien Jean Bernard, Marie Frantz Joachim et Jean Simon Saint-Hubert sont les neuf nouveaux conseillers électoraux nommés par arrêté présidentiel et installés. Comme leurs prédécesseurs qui ont organisé les élections controversées du 9 août et du 25 octobre, la main droite levée vers le ciel, ils ont chacun juré au palais de la Cour de cassation de « respecter la Constitution et les lois de la République, de remplir mes fonctions avec exactitude et loyauté et de me conduire en tout avec dignité », sous le regard des honorables juges de la Cour, du Premier ministre, du ministre de la Justice, des membres de leur famille et d’autres personnalités de la société.

« Tous ceux qui vous ont confié la charge de leur représenter au sein du Conseil électoral attendent que vous produisiez des fruits dignes de la confiance placée en vous », leur a indiqué le juge Mécène Joseph Jean-Louis, faisant office de président de la Cour de cassation pour cette prestation de serment. « Souvenez-vous que fausser les résultats des urnes conduira à coup sûr à la malhonnêteté des gens illégitimes au timon des affaires de l’État », a mis en garde le magistrat de carrière après avoir dit qu’il pense que les conseillers ont tiré les leçons nécessaires de ce qui s’est passé au pays.

« La neutralité est exigible, vous ne devez pas prendre sur vous la responsabilité d’afficher vos sympathies partisanes ni tenter d’influencer de quelque manière que ce soit les votes des électeurs. Vous n’avez d’ordres à recevoir de personne, quelle que soit son appartenance et vous devez vous laisser guider par la volonté de bien faire », a exhorté le juge Mécène Joseph Jean-Louis, soulignant que, ces derniers temps, la patrie a beaucoup souffert.

Prenant la parole au nom du ministère public, le substitut du commissaire du gouvernement près la Cour de cassation, Me Joseph Emmanuel Saint-Amour, a demandé aux conseillers électoraux de respecter les noms de leur famille dans l’accomplissement de leur travail au CEP. Il a appelé les récipiendaires à poursuivre en justice tout corrupteur pour outrage à la magistrature parce qu’ils sont des juges.

Après avoir peint un tableau sombre de la réalité politique du pays, le magistrat est allé puiser dans la Bible pour mettre en garde les conseillers électoraux. « Malheureux par qui le scande est arrivé », a-t-il lancé.

Me Joseph Emmanuel Saint-Amour a rappelé aux nouveaux juges électoraux que la prestation de serment ne consiste pas uniquement à lire un texte ni à écouter des discours, mais, a-t-il dit, c’est de pouvoir les mettre en pratique. « Depuis quelque temps, il arrive chez nous que des gens qui prêtent serment avant leur entrée en fonction se fichent pas mal de ce serment », a fulminé le magistrat.

Léopold Berlanger, intervenant au nom de ses pairs, a déclaré : « Envers et contre tout, nous saurons de notre côté nous élever à la hauteur de la tâche qui nous est confiée. » « Nous avons pour mission première d’organiser de bonnes élections en attente de réalisations dans de meilleures conditions dans les meilleurs délais possibles. Il s’agit d’organiser des élections crédibles, capables d’inspirer confiance aux électeurs et à tous les secteurs et candidats impliqués dans la compétition », a promis le représentant de la presse au CEP.

Selon le conseiller, ils ont l’obligation de tenir en échec les vieux démons d’une tradition bien ancrée, d’une compétition électorale irrespectueuse du jeu démocratique. Léopold Berlanger a souligné que la question électorale a toujours été et est aujourd’hui encore « une source intarissable d’instabilité politique chronique porteuse de malheurs pour notre pays et le peuple haïtien… ».

« Irréaliste d’avoir des élections crédibles si les forces corruptrices ne s’abstiennent »

Une fois la prestation de serment terminée au palais de la Cour de cassation, les neuf conseillers électoraux ont pris le chemin des locaux du CEP à Pétion-Ville pour leur installation. « Il est irréaliste de prétendre à la tenue d’élections crédibles, honnêtes et démocratiques si des forces corruptrices ne s’en abstiennent pas, si des forces extérieures ne se gardent pas de trafic d’influence et de velléité de décider en lieu et place des titulaires », a dénoncé le conseiller électoral Carlos Hercule prenant la parole au nom de ses collègues. Il a souligné « qu’on ne perd sa virginité qu’une seule fois ».

Accepter la fonction de conseiller électoral dans le contexte actuel, a ajouté le représentant de l’Église catholique au CEP, « est à la fois un acte de foi et de courage ». « Il est illusoire d’espérer l’aboutissement des scrutins de l’an dernier sans tenir compte des premiers concernés, à savoir les femmes et les hommes politiques appelés à se soumettre aux verdicts sincères des urnes… », a-t-il dit.

Le ministre de la Justice, accompagné du ministre de la Défense nationale et des présidents des deux branches du Parlement, qui a procédé à l’installation des nouveaux juges électoraux, les a enjoint à faire preuve de civisme, de patriotisme et d’intégrité dans leur travail. « Je suis convaincu que vous saurez vous montrer digne de la nation et circonscrire toutes vos actions dans le cadre de la loi », a discouru Me Camille Édouard Jr.

Selon le ministre, la mission des membres de ce CEP est de boucler le processus électoral comme le demande l’accord du 5 février. Les conseillers électoraux, a-t-il ajouté, ont pour devoir de remplir leur tâche dans la sérénité et l’impartialité. « Nous avons tous un rendez-vous incontournable quant à la poursuite du processus électoral. Lequel rendez-vous nous permettra de sortir le pays de cette situation exceptionnelle… », a-t-il dit. Me Camille Édouard Jr a promis que son ministère, les parquets, la police nationale, entre autres, assureront le bon déroulement des prochaines élections.

Mosler Georges, le directeur exécutif du CEP, a souligné aux nouveaux conseillers électoraux que « la tâche à accomplir est immense pour redonner l’espoir à des millions de compatriotes qui attendent… ».

Léopold Berlanger président du CEP

À l’issue de leur première séance de travail mercredi après leur installation, les conseillers électoraux ont élu Léopold Berlanger président du CEP, Carlos Hercule vice-président, Marie Frantz Joachim secrétaire générale et Frinel Joseph trésorier.

Le CEP de l’ère Privert a la lourde responsabilité de réussir là où l’équipe de Pierre-Louis Opont a échoué. Léopold Berlanger, le nouveau président de l’institution électorale, et son équipe devront réaliser le second tour de la présidentielle, compléter le Parlement et finaliser les élections territoriales et locales. Mais avant tout, il doit faire face à la mise en place ou non d’une commission d’évaluation électorale pour faire la lumière sur les élections du 9 août et du 25 octobre comme l’exigent la classe politique et la société civile.

Robenson Geffrard

- 


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory