MosaikHub Magazine

Marche républicaine : l’historique cortège du boulevard Voltaire

dimanche 11 janvier 2015 par Sterlin Charles

Dirigeants internationaux et représentants politiques français se sont joints aux proches des victimes des attentats pour une marche républicaine historique.

Par Charlotte Chaffanjon

Le secteur a été bloqué dans la matinée. Le périmètre ultra-sécurisé va bien au-delà des quelques 200 mètres du parcours où doivent défiler une cinquantaine de chefs d’État étrangers, qui font bloc autour de François Hollande.

Un hélicoptère tourne autour du boulevard Voltaire, uniquement occupé par des CRS, les forces de sécurité des partis politiques et des syndicats organisateurs de la marche et quelques journalistes. "Imaginez, c’est comme si on organisait un G20 et plusieurs manifs en même temps", répète un conseiller de Matignon. Alors que tout Paris est envahi par la foule, ce coin de "la capitale du monde" - dixit Hollande - pour un jour est en suspens avant l’arrivée des cortèges.
Car ce ne sont pas les officiels qui ouvrent la marche. Peu après 15 h 30, ce sont avant tout l’équipe de Charlie Hebdo, frappé par un attentat terroriste mercredi, et les familles de toutes les victimes des attaques qui ont suivi, policiers et clients de l’épicerie casher de la porte de Vincennes, qui s’avancent en silence, serrés les uns contre les autres, les traits tirés par le chagrin.

L’émotion de Valls qui appelle au "courage"
L’avocat de Charlie Hebdo Richard Malka, les dessinatrices Zineb El Rhazaoui et Coco sont en première ligne, comme l’urgentiste Patrick Pelloux, l’un des premiers sur les lieux du drame mercredi. Il est en larmes et le dessinateur Luz le console, les deux finissent par rire. Le deuxième cortège est celui des dirigeants étrangers. Au centre le président français, bras dessus, bras dessous avec la chancelière allemande Angela Merkel. Au premier rang également l’Italien Mateo Renzi, le Britannique David Cameron, l’Espagnol Mariano Rajoy, mais
aussi le représentant de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, etc. Derrière eux, l’ensemble des membres du gouvernement français. Et des figures de la classe politique de droite à gauche, Nicolas Sarkozy, Michel Rocard, Lionel Jospin, Jack Lang... Le dernier cortège officiel, enfin, est composé des représentants des partis politiques et des associations religieuses, Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Francois Copé ou encore Martine Aubry.

Lorsque tous ont fini de défiler, le boulevard Voltaire est vide et toujours protégé. C’est le moment que choisit Manuel Valls pour descendre à pied l’artère et rejoindre la foule. Les yeux rougis par l’émotion et la fatigue, le Premier ministre, accompagné des ministres de l’Éducation et de l’Économie, Najat Vallaud-Belkacem et Emmanuel Macron, va à la rencontre de la foule bloquée derrière les barrières, qui applaudit et crie "Charlie !" Aux fenêtres des immeubles, des dizaines de Parisiens saluent le Premier ministre. Lequel serre les poings en l’air vers eux et leur lance : "Courage !"


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory