MosaikHub Magazine

Présidence provisoire L’insécurité et l’insalubrité, les deux autres guerres de Privert -

samedi 5 mars 2016 par Sterlin Charles

Déjà cinq policiers tués en moins de trois mois, plusieurs cas de kidnapping ont été enregistrés ces derniers jours et régulièrement des gens se font attaquer en sortant de la banque. L’insécurité refait surface. Parallèlement, la ville est sale. Presque partout à Port-au-Prince et dans des zones avoisinantes, les détritus de toutes sortes font la loi. En plus des problèmes politiques, le président Privert a annoncé vendredi lors d’une conférence de presse bilan qu’il va s’attaquer aussi à ces deux phénomènes. Il y a une remontée de l’insécurité dans le pays. Avec des exemples à l’appui, le président de la République le confirme. Des policiers et de simples citoyens sont tués et plusieurs cas de kidnapping enregistrés, a-t-il dit. « Des instructions formelles ont été passées aux forces de l’ordre pour renforcer leur présence dans les rues. Ces instructions sont accompagnées d’importants changements dans la haute hiérarchie de la police nationale en vue de garantir la sécurité de la population. Il y a un nouveau directeur départemental et un nouveau directeur central de la police administrative », a indiqué Jocelerme Privert. Selon le chef de l’Etat, la police administrative a pour instruction de travailler avec la police judiciaire afin, a-t-il dit, de mettre hors d’état de nuire les bandits qui sèment le deuil dans le pays. Pour combattre l’insécurité, le nouveau locataire du palais national a appelé la population à collaborer avec la police en fournissant des informations pouvant aider à capturer les bandits. M. Privert a annoncé qu’il va rencontrer environ 300 parents et proches des policiers tués dans l’exercice de leurs fonctions. L’insalubrité de la capitale, l’autre problème de Privert Le président de la République se dit conscient que la ville est sale. Partout, a-t-il dit, il y a des tas d’immondices. « Cette semaine j’ai eu une rencontre avec le directeur du SMCRS qui a fait état de ses difficultés avec des camions en panne et des retards dans les allocations financières… », a indiqué le chef de l’Etat. Il a appelé les firmes de construction qui ont des contrats avec l’Etat, dans un partenariat public-privé, à participer au ramassage des détritus. « A partir de demain (samedi), je peux annoncer que les grandes entreprises de construction vont participer au ramassage d’ordures avec leurs équipements », a-t-il dit, annonçant également que lundi prochain la ville aura un bien meilleur visage. Il a promis de renforcer les institutions publiques engagées dans le ramassage d’ordures dans le pays.
- Robenson Geffrard
rgeffrard@lenouvelliste.com


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory