MosaikHub Magazine

Sébastien Boussois : "Le Hamas sort totalement gagnant de la guerre"

jeudi 28 août 2014 par Sterlin Charles

Spécialiste du Proche-Orient, l’auteur de "Gaza : l’impasse historique" explique pourquoi le mouvement islamiste apparaît vainqueur pour sa population.

Après cinquante jours d’une guerre sanglante qui a fait 2 140 morts côté palestinien, 69 côté israélien, Israël et le Hamas ont finalement conclu un cessez-le-feu, entraînant un allègement du blocus de Gaza. Chercheur associé à l’université libre de Bruxelles et au Centre Jacques-Berque (CNRS-Rabat), Sébastien Boussois vient de publier Gaza : l’impasse historique (Éditions du Cygne), livret indispensable apportant toutes les clés pour mieux appréhender ce tragique conflit et ses conséquences. Dans une interview au Point.fr, le spécialiste du Proche-Orient explique pourquoi le mouvement islamiste peut se targuer auprès de sa population d’avoir remporté la guerre.
Le Point.fr : Les termes du cessez-le-feu conclu le 26 août paraissent bien faibles à l’aune des pertes humaines...

Sébastien Boussois : Les éléments négociés au Caire peuvent être considérés aujourd’hui, en l’état, extrêmement importants même s’ils sont symboliques, comme ils l’étaient en 2009 et en 2012. Toute trêve apporte son lot d’espoirs. La levée du blocus et l’ouverture des deux postes-frontière avec Israël, c’est quelque chose que le Hamas demandait depuis un mois, et que les Palestiniens exigent depuis sept ans. On connaît les conséquences de ce blocus sur le plan humanitaire. On se dirigeait tout droit vers un dramatique scénario à l’irakienne, avec des générations de jeunes gens frappés par les sanctions occidentales.

Le blocus de Gaza n’a pourtant pas été entièrement levé...

Un assouplissement du blocus constitue déjà une avancée importante. Les Palestiniens peuvent pêcher dans une zone plus vaste, ce qui leur permet de récupérer les poissons qui leur appartiennent. Il faut voir maintenant si les mesures d’assouplissement vont évoluer.

Israël affirme qu’une levée intégrale du blocus permettrait au Hamas de se réarmer. Est-ce vrai ?

C’est une possibilité, dans l’absolu. Mais la question est de savoir si, dans l’hypothèse d’une levée du blocus, le Hamas conserverait pendant cinquante ans sa volonté de détruire Israël, ou s’il se normaliserait, comme l’Autorité palestinienne, qui a abandonné la lutte armée au profit de la résistance pacifique.

Le Hamas affirme être sorti vainqueur de ce conflit. Est-ce le cas ?

Le Hamas en sort totalement gagnant, d’autant que la résistance fait partie de sa génétique. Quel que soit l’affaiblissement du mouvement aujourd’hui, il demeure une fois de plus en position de force. Il peut se targuer d’avoir gagné contre la cinquième armée du monde. Ses revendications, à chaque négociation de trêve, ont finalement été acceptées.

Pourtant, Benyamin Netanyahou affirme lui aussi l’avoir emporté...

Clairement, Israël a tout perdu. Comme l’a dit un ancien chef des services de renseignements israéliens, Israël gagne ponctuellement des batailles, mais ne gagne jamais la guerre. À Gaza, une armée conventionnelle non adaptée à la guérilla peut difficilement prendre le dessus. Ni la guerre de 2008, ni celle de 2012, ni celle de 2014 ne peuvent être considérées comme des succès militaires pour Israël. La population israélienne commence à la comprendre aussi, et depuis quelques jours, la côté de popularité du Premier ministre chute.

Israël annonce tout de même avoir détruit la quasi-totalité des tunnels du Hamas, et considérablement réduit son arsenal...

Le problème est qu’Israël ne sait même pas de combien de tunnels et d’armes dispose exactement le Hamas. D’autre part, sur le plan politique, on constate un affaiblissement complet des réseaux diplomatiques d’Israël. De ses liens avec la Turquie, qui s’était pourtant réconciliée avec l’État hébreu après l’affaire de la flottille, mais aussi de sa relation avec les États-Unis, qui ont tout de même annoncé dans les derniers jours du conflit l’annulation d’une livraison d’armes à Israël (après plusieurs réapprovisionnements en munitions, NDLR).

Malgré tout, les condamnations internationales se sont faites rares. Pourquoi ?

En 50 jours de conflit, la communauté internationale n’a clairement rien fait. Depuis 1961, Israël ne respecte aucune résolution de l’ONU. Mais, même lorsque Israël possède le monde entier contre lui, verbalement ou diplomatiquement parlant, il agit en son âme et conscience quand il considère qu’il est en danger, ce qui lui donne droit à tous les excès. L’État hébreu part du principe qu’au nom du droit à se défendre, il a la possibilité, quand il se sent agressé ou en danger, d’être dans une surréaction et ainsi de viser des cibles humaines, y compris civiles. À partir du moment où il peut aller toujours plus loin et ne fait face à aucun frein diplomatique, ou véritable sanction, le Premier ministre israélien a le sentiment d’être l’homme le plus fort du monde.

L’État hébreu argue que le Hamas se sert de sa population comme "bouclier humain"...

C’est une véritable question. Mais de toute façon, dans un espace aussi petit avec une telle densité - près de deux millions d’habitants pour 365 km 2 -, lorsque l’armée israélienne effectue des frappes qui ne paraissent pas si chirurgicales qu’elle l’affirme, il y a obligatoirement de nombreuses victimes civiles. Pour ma part, je ne crois pas que le Hamas se serve de sa population comme "bouclier humain", mais que la surenchère à laquelle se livrent les deux camps fait que le Hamas n’épargne pas sa propre population. Au nom d’un succès politique et d’une réputation de résistant, il l’expose même beaucoup. Clairement, les membres du Hamas ne sont pas des "gentils". On l’a encore vu récemment avec les exécutions publiques de "collaborateurs".

Vous rappelez dans votre ouvrage le rôle d’Israël dans l’essor du Hamas.

J’explique, comme Charles Enderlin l’a révélé dans son livre Le Grand Aveuglement (Albin Michel, 2009), comment Israël a soutenu la Jamaa islamiya (ancêtre du Hamas) à Gaza pour déstabiliser les modérés du Fatah (mouvement nationaliste laïque). Évidemment, dans cette fuite en avant, le Hamas a pris plus d’importance qu’Israël ne pouvait l’imaginer. Le mouvement islamiste a reçu des soutiens internationaux très fort, et est devenu l’attaché de presse de l’Iran à Gaza. La "bête" générée par Israël est devenue incontrôlable.

Cela faisait pourtant deux ans que le mouvement islamiste respectait la trêve conclue en 2012. On le disait également très affaibli...

Il est toujours impressionnant de constater la méconnaissance totale que l’on a d’un mouvement comme le Hamas. On ne pensait pas qu’il pourrait résister si longtemps à Israël. On n’avait pas d’idée précise du nombre de missiles dont il disposait. Or, au final, jamais autant de roquettes ne sont tombées sur Jérusalem et Tel-Aviv. Le Hamas a révélé une étonnante capacité à augmenter la distance et la précision de ses tirs.

En déclenchant ce conflit, Netanyahou ne souhaite-t-il pas torpiller le gouvernement d’entente Hamas-Fatah ?

La volonté du Premier ministre israélien est d’empêcher toute avancée sur la réconciliation inter-palestinienne. Maintenant, je n’ai personnellement jamais cru à cette entente. Car les deux autorités possèdent deux modes opératoires inconciliables tant sur la reconnaissance d’Israël, la vie politique palestinienne, que sur la place de l’Islam dans la société.

Pourtant, en négociant avec le Hamas par le biais de l’Égypte, Israël a de nouveau discrédité l’Autorité palestinienne.

La négociation avec le Hamas reste une souffrance totale pour Benyamin Netanyahou. Quant à l’Autorité palestinienne, cela fait dix ans qu’elle est en perdition. Mahmoud Abbas n’a ni charisme, ni capacité à se faire respecter, ni pouvoir de fédérer l’ensemble des Palestiniens. Le problème est que l’Autorité palestinienne est de moins en moins représentative de ce que sont et ce que veulent les Palestiniens. Nous avons d’un côté un rajeunissement et un dynamisme de la jeunesse, notamment à Gaza, et de l’autre l’encroûtement et la bureaucratisation d’une bourgeoisie de Ramallah qui ne parvient pas à renouveler ses élites.

Le conflit a-t-il relancé le Hamas dans l’optique des prochaines élections ?

Difficile à dire. Le problème est que le choix se situe entre la peste et le choléra. D’un côté, les Palestiniens croient en Mahmoud Abbas, mais il a du mal à s’assumer et à exister. Et lorsqu’il fait le jeu du droit international (reconnaissance à l’ONU), il ne gagne rien en retour. De l’autre, les Palestiniens voient que, malgré tous les sacrifices consentis, seule la violence - et donc la résistance du Hamas - leur permet d’obtenir quelque chose d’Israël.

Vous affirmez dans votre livre qu’Israël tue des enfants palestiniens en connaissance de cause. Existe-t-il des preuves ?

La population de Gaza est composée à 70 % de jeunes de moins de 14 ans. En sachant que, même en visant des cadres dirigeants du Hamas, nombre de ces jeunes vont mourir, je m’interroge sur la stratégie profonde de l’armée israélienne. Au moins 600 enfants palestiniens ont été tués lors de cette opération et selon l’Unicef, 400 000 enfants, soit un Gazaoui sur cinq, aurait besoin d’une assistance psychologique d’urgence. En outre, 90 % de la jeunesse de Gaza a, à un moment ou un autre, vu un proche être tué sous ses yeux, ou sa maison être détruite. Je pense que l’idée d’Israël est de couper Gaza à la racine. Même s’il ne s’agit pas d’une intention originelle, dans les faits, en bombardant dans un espace si dense en connaissance de cause une population majoritairement jeune dont on va préempter l’avenir, on crée une fois de plus des terroristes en puissance et une génération désespérée.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory