MosaikHub Magazine
Sapeurs-pompiers

Nos bouches d’incendie à sec

mardi 20 février 2018 par Charles Sterlin

Bouches d’incendie, il y en a beaucoup dans l’aire métropolitaine. Cependant, seulement trois sont alimentées 24 sur 24.

Les autres sont alimentées par intermittence ou pas du tout. Quand les camions de pompiers sont sur place, l’eau fait défaut. Souvent les deux font défaut. Les incendies en série qui se sont déclarés en moins d’une semaine dans les marchés en fer et du Port poussent la Direction nationale de l’eau et de l’assainissement à promettre de faire le nécessaire pour les bornes d’incendie.

Sur les 126 bouches d’incendie à Port-au-Prince, Delmas et Carrefour, seulement trois sont alimentées 24 sur 24 pour toute l’aire métropolitaine. Il y en a une à l’angle de la première avenue et la route des Dalles ; une autre à l’angle de la deuxième avenue Bolosse et du boulevard Jean-Jacques Dessalines ; la troisième se trouve à Diquini 63, dans la commune de Carrefour, selon ce qu’a fait savoir au Nouvelliste Raphaël Hosny, le directeur de l’Office régional de l’eau potable et de l’assainissement de l’Ouest (OREPA Ouest). Il a souligné que d’autres bouches d’incendie sont alimentées suivant leurs horaires respectifs.

Dans le passé, ces bouches d’incendie étaient alimentées constamment. Raphael Hosty le reconnait. « Mais à cette époque, Port-au-Prince avait seulement 200 000 habitants et il n’y avait pas toutes ces rues. Port-au-Prince est devenu une méga-ville avec des constructions anarchiques… », a-t-il expliqué.

Le responsable de l’OREPA Ouest au sein de la DINEPA a souligné que dans une ville comme Port-au-Prince, il devrait y avoir une bouche d’incendie à chaque 80 mètres.
« Actuellement nous avons un programme baptisé Port-au-Prince 3. Nous allons faire des interventions au niveau de Vivy-Mitchel, Gérald-Bataille, Carrefour…Il y a aussi des réflexions pour Port-au-Prince. Nous allons mettre au moins dans les quartiers des bouches d’incendie », a-t-il annoncé. M. Hosty a aussi annoncé des travaux dans les canalisations et le remplacement de certaines bouches d’incendie.

Toutefois, il a dénoncé le fait que non seulement des gens non autorisés utilisent l’eau des bornes d’incendie, mais aussi d’autres les volent.
Le maire de Carrefour, qui dispose du service d’incendie le plus actif de l’aire métropolitaine avec deux camions de pompiers et une quarantaine de sapeurs-pompiers formés et entrainés, estime que c’est un échec total pour le pays à ce niveau. A lui seul, le service d’incendie de Carrefour a procédé à une trentaine d’opérations dans l’aire métropolitaine, à Léogâne et aux Cayes, a fait savoir au Nouvelliste Jude Edouard Pierre.

Le président de la Fédération nationale des maires d’Haïti (FENAMH) a souligné que vous pourez avoir les sapeurs-pompiers les plus équipés mais si vous n’avez pas d’eau, vous n’avez pas de service d’incendie.
Contrairement à l’affirmation du directeur de l’OREPA l’Ouest disant que Carrefour dispose d’une bouche d’incendie alimentée 24 sur 24 à Diquini 63, Jude Edouard Pierre a déclaré que cette bouche d’incendie ne fonctionne que par intermittence. Lors de leurs nombreuses opérations, a-t-il dit, n’était la solidarité de certains particuliers qui mettent à sa disposition des camions citernes, les sapeurs-pompiers n’auraient pas pu, par exemple, circonscrire à temps le feu qui s’était déclaré dans le marché du Port et sauver le bureau de l’administration des douanes.

Le maire appelle les autorités centrales à contraindre la DINEPA d’alimenter les bouches d’incendie. Il rendra responsable la DINEPA si par manque d’eau le service d’incendie de Carrefour n’arrive pas à circonscrire un incendie, a-t-il dit. « Sans bouche d’incendie il n’y a pas de pompiers… », a-t-il fait remarquer.
Le président de la FENAMH croit que les municipalités doivent être parties prenantes dans l’établissement d’un réseau de service d’incendie à travers le pays.
Au moment de l’interview lundi soir, le service d’incendie de Carrefour a été sollicité pour des interventions à Léogâne afin de circonscrire un incendie. « Mais malheureusement on ne peut pas y répondre », s’est désolé Jude Edouard Pierre.
Lors d’une rencontre avec le chef de l’État, l’édile de Carrefour dit avoir conseillé à Jovenel Moïse de commander dans le plus bref délai cinq camions de pompiers.
Il faut souligner que parmi les quelque 490 équipements commandés par le chef de l’Etat dans le cadre des 123 millions de dollars de prêt pour la Caravane du changement et qui commencent à être livrés dans le pays, il n’y a pas même un camion de pompiers.

Robenson Geffrard
Auteur


forum

Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie