MosaikHub Magazine

Les deux Corées s’engagent à la dénucléarisation de la péninsule

vendredi 27 avril 2018 par Charles Sterlin

EN IMAGES - Le président sud-coréen, Moon Jae-in, et le numéro un nord-coréen, Kim Jong-un, ont convenu vendredi lors d’un sommet historique de cesser leurs activités hostiles et de transformer la zone qui sépare les deux pays en une « zone de paix ».
Les Coréens attendaient avec intérêt cette poignée de main historique depuis 2007, date du dernier sommet entre les deux pays. Kim Jong-un et Moon Jae-in se sont retrouvés vendredi dans le village de Panmunjom sur la ligne de démarcation qui fait office de séparation entre les Corées. À l’issue de cette rencontre historique, les deux dirigeants se sont engagés dans une déclaration commune à une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ». Ils ont aussi convenu de cesser toutes leurs activités hostiles sur terre, mer et air, et ont exprimé leur volonté de transformer la zone démilitarisée qui les sépare en une « zone de paix ». Ils devraient déclarer cette année la fin de la guerre de Corée, dont l’armistice avait été signé en 1953, et transformer le cessez-le-feu en accord de paix. En août, sera organisée en août une nouvelle réunion des familles séparées depuis 65 ans.
« Il pourrait y avoir sur le chemin des retours de bâton, des difficultés et des frustrations. »
Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un
Kim Jong-un a promis de faire en sorte que l’accord soit mis en œuvre, à la différence de précédents engagements. Les deux Corées se concerteront étroitement pour s’assurer de ne pas « répéter le passé malheureux qui a vu tourner court de précédents accords intercoréens », a-t-il déclaré après la rencontre. « Il pourrait y avoir sur le chemin des retours de bâton, des difficultés et des frustrations », a-t-il dit. « Mais on ne peut parvenir à la victoire sans douleur ». Panmunjon « symbolise une division déchirante », a poursuivi le leader nord-coréen. Mais, s’il devenait « un symbole de paix, le Nord et le Sud qui ont le même sang, la même langue, la même histoire et la même culture, ne feraient plus qu’un à nouveau, et toutes les générations profiteraient de la prospérité ».

Donald Trump a salué ce sommet « historique ». « Après une année furieuse de tirs de missiles et d’essais nucléaire, une rencontre historique entre la Corée du Nord et la Corée du Sud a lieu. De bonnes choses se produisent mais seul le temps nous le dira », a écrit le président américain sur son compte Twitter.
La Chine a félicité le « courage » de MM. Kim et Moon, le premier ministre japonais Shinzo Abe a évoqué « un pas positif vers une résolution d’ensemble de plusieurs questions concernant la Corée du Nord et le Kremlin a accueilli « des nouvelles très positives ».
Le déroulé de cette journée avait été calibré au millimètre. Mais celle-ci a débuté dans la matinée par un ballet impromptu, les deux dirigeants effectuant des allers-retours sur la frontière intercoréenne qui ne figuraient pas au scénario. Kim Jong-un est quelque peu sorti des clous en invitant Moon Jae-in à l’accompagner de son côté de la frontière. La présidence sud-coréenne a expliqué ensuite comment ce moment avait pu se produire. « M. Moon a dit à M. Kim : “Quand vais-je pouvoir visiter le Nord ?” ». Et le leader nord-coréen de répondre : « “Pourquoi pas maintenant ?”, a-t-il dit. » Puis, larges sourires aux lèvres, ils sont repartis main dans la main au Sud, où ils ont reçu des fleurs des mains d’enfants habitant un village proche.
« Un grand cadeau aux Coréens »

L’image de la rencontre des deux dirigeants, détendus et souriants, dans une ambiance en apparence chaleureuse, contrastait avec les tensions accrues l’année dernière par les tests balistique et nucléaire effectués par la Corée du Nord. « Nous nous trouvons aujourd’hui sur une ligne de départ, pour écrire une nouvelle histoire faite de paix, de prospérité et de relations intercoréennes », avait déclaré Kim Jong-un, avant que ne débutent les discussions officielles entre les deux dirigeants des deux Corées, toujours techniquement en état de guerre depuis l’armistice de 1953. « J’espère que nous serons capables de parler franchement et de parvenir à un accord pour offrir un grand cadeau aux Coréens et aux gens à travers le monde qui espèrent la paix », estimait son hôte.
 » LIRE AUSSI - Mais pourquoi les hommes politiques plantent-ils des arbres ?
Des marguerites en signe de paix, l’image d’une montagne représentant la réconciliation jusque dans la taille de la table : le sommet a fourmillé de symboles. En début d’après-midi, Kim Jong-un et Moon Jae-in ont ainsi planté un pin. Celui-ci « représentera la paix et la prospérité sur la Ligne de démarcation militaire, qui est le symbole de la confrontation et de la division depuis 65 ans », avait prévenu Séoul. Il y a eu quelques moments amusants, comme lorsque la sœur du dirigeant nord-coréen, Kim Jo-jong et un autre membre de la délégation qui suivait les deux dirigeants se sont brusquement écartés en s’apercevant qu’ils étaient dans le champ des photographes. Il y a eu aussi quelques moments de gêne, quand Kim Jong-un a mis très longtemps pour signer le livre d’or, Moon Jae-in ayant l’air de ne pas savoir où jeter son regard.

La rencontre doit être le précurseur d’un face-à-face très attendu entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump. De son côté, Moon Jae-in se rendra cet automne à Pyongyang, la capitale nord-coréenne.

EN IMAGES - Le président sud-coréen, Moon Jae-in, et le numéro un nord-coréen, Kim Jong-un, ont convenu vendredi lors d’un sommet historique de cesser leurs activités hostiles et de transformer la zone qui sépare les deux pays en une « zone de paix ».
Les Coréens attendaient avec intérêt cette poignée de main historique depuis 2007, date du dernier sommet entre les deux pays. Kim Jong-un et Moon Jae-in se sont retrouvés vendredi dans le village de Panmunjom sur la ligne de démarcation qui fait office de séparation entre les Corées. À l’issue de cette rencontre historique, les deux dirigeants se sont engagés dans une déclaration commune à une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ». Ils ont aussi convenu de cesser toutes leurs activités hostiles sur terre, mer et air, et ont exprimé leur volonté de transformer la zone démilitarisée qui les sépare en une « zone de paix ». Ils devraient déclarer cette année la fin de la guerre de Corée, dont l’armistice avait été signé en 1953, et transformer le cessez-le-feu en accord de paix. En août, sera organisée en août une nouvelle réunion des familles séparées depuis 65 ans.

« Il pourrait y avoir sur le chemin des retours de bâton, des difficultés et des frustrations. »
Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un
Kim Jong-un a promis de faire en sorte que l’accord soit mis en œuvre, à la différence de précédents engagements. Les deux Corées se concerteront étroitement pour s’assurer de ne pas « répéter le passé malheureux qui a vu tourner court de précédents accords intercoréens », a-t-il déclaré après la rencontre. « Il pourrait y avoir sur le chemin des retours de bâton, des difficultés et des frustrations », a-t-il dit. « Mais on ne peut parvenir à la victoire sans douleur ». Panmunjon « symbolise une division déchirante », a poursuivi le leader nord-coréen. Mais, s’il devenait « un symbole de paix, le Nord et le Sud qui ont le même sang, la même langue, la même histoire et la même culture, ne feraient plus qu’un à nouveau, et toutes les générations profiteraient de la prospérité ».

Poignée de main entre le Nord-Coréen Kim et le Sud-Coréen Moon
Les dirigeants des deux Corées échangent une poignée de main chaleureuse sur la ligne de démarcation qui divise la péninsule avant leur sommet historique.
Donald Trump a salué ce sommet « historique ». « Après une année furieuse de tirs de missiles et d’essais nucléaire, une rencontre historique entre la Corée du Nord et la Corée du Sud a lieu. De bonnes choses se produisent mais seul le temps nous le dira », a écrit le président américain sur son compte Twitter.
La Chine a félicité le « courage » de MM. Kim et Moon, le premier ministre japonais Shinzo Abe a évoqué « un pas positif vers une résolution d’ensemble de plusieurs questions concernant la Corée du Nord et le Kremlin a accueilli « des nouvelles très positives ».

La journée historique entre les deux Corées résumée en vidéo
Retour en images sur la journée qui a rassemblé le président sud-coréen, Moon Jae-in, et le numéro un nord-coréen, Kim Jong-un.
Share

Fullscreen
Le déroulé de cette journée avait été calibré au millimètre. Mais celle-ci a débuté dans la matinée par un ballet impromptu, les deux dirigeants effectuant des allers-retours sur la frontière intercoréenne qui ne figuraient pas au scénario. Kim Jong-un est quelque peu sorti des clous en invitant Moon Jae-in à l’accompagner de son côté de la frontière. La présidence sud-coréenne a expliqué ensuite comment ce moment avait pu se produire. « M. Moon a dit à M. Kim : “Quand vais-je pouvoir visiter le Nord ?” ». Et le leader nord-coréen de répondre : « “Pourquoi pas maintenant ?”, a-t-il dit. » Puis, larges sourires aux lèvres, ils sont repartis main dans la main au Sud, où ils ont reçu des fleurs des mains d’enfants habitant un village proche.
« Un grand cadeau aux Coréens »

L’image de la rencontre des deux dirigeants, détendus et souriants, dans une ambiance en apparence chaleureuse, contrastait avec les tensions accrues l’année dernière par les tests balistique et nucléaire effectués par la Corée du Nord. « Nous nous trouvons aujourd’hui sur une ligne de départ, pour écrire une nouvelle histoire faite de paix, de prospérité et de relations intercoréennes », avait déclaré Kim Jong-un, avant que ne débutent les discussions officielles entre les deux dirigeants des deux Corées, toujours techniquement en état de guerre depuis l’armistice de 1953. « J’espère que nous serons capables de parler franchement et de parvenir à un accord pour offrir un grand cadeau aux Coréens et aux gens à travers le monde qui espèrent la paix », estimait son hôte.

Des marguerites en signe de paix, l’image d’une montagne représentant la réconciliation jusque dans la taille de la table : le sommet a fourmillé de symboles. En début d’après-midi, Kim Jong-un et Moon Jae-in ont ainsi planté un pin. Celui-ci « représentera la paix et la prospérité sur la Ligne de démarcation militaire, qui est le symbole de la confrontation et de la division depuis 65 ans », avait prévenu Séoul. Il y a eu quelques moments amusants, comme lorsque la sœur du dirigeant nord-coréen, Kim Jo-jong et un autre membre de la délégation qui suivait les deux dirigeants se sont brusquement écartés en s’apercevant qu’ils étaient dans le champ des photographes. Il y a eu aussi quelques moments de gêne, quand Kim Jong-un a mis très longtemps pour signer le livre d’or, Moon Jae-in ayant l’air de ne pas savoir où jeter son regard.

La rencontre doit être le précurseur d’un face-à-face très attendu entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump. De son côté, Moon Jae-in se rendra cet automne à Pyongyang, la capitale nord-coréenne.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie