MosaikHub Magazine

Poster un message

En réponse à :

Coupe du monde 2018 : la France achève l’Argentine

mardi 3 juillet 2018 par Charles Sterlin

Libérée, délivrée, l’équipe de France a enfin livré une prestation à la hauteur des attentes ce samedi. Au meilleur des moments, puisque, après une phase de poules poussive, la voilà désormais qualifiée pour les quarts de finale du Mondial 2018 après une victoire (4-3) qui fera date contre l’Argentine, à Kazan. Certes, tout n’a pas été parfait dans la copie française, notamment d’un point de vue de l’efficacité défensive. Mais, en montrant de l’enthousiasme et surtout, plus inédit, un vrai caractère face à l’adversité, elle a certainement lancé définitivement son tournoi.
En dépit de la partie d’intox des derniers jours, aucun des deux sélectionneurs n’a réservé de surprise dans sa compo de départ. Les Bleus sont partis avec le même dispositif que face au Pérou, et les Argentins en 4-3-3 sans avant-centre de métier, avec le duo Pavon-Di María pour épauler Messi devant. L’entame sérieuse des Français, sur le plan tactique et athlétique, leur a permis de se mettre en confiance. Le plan de jeu initial, basé sur un bloc bas et la vitesse des attaquants en contre, va rapidement s’avérer payant. Mbappé, trop rapide pour l’axe défensif argentin, pousse Rojo à la faute et permet à Griezmann d’ouvrir la marque sur penalty (1-0, 13e).

Un but qui donne du confort aux Français. Mais ces derniers reculent. Peut-être parce que, en face, l’Argentine peine à créer des décalages en attaque placée, malgré sa domination territoriale. Messi, dans l’étau, ne parvient pas à tirer son épingle du jeu. Mais l’Albiceleste, à défaut d’une bonne animation, dispose toujours du talent individuel de ses hommes. Et Di María, jusqu’ici discret, remet finalement les pendules à l’heure sur une frappe aussi lointaine que sublime (1-1, 41e).
Du caractère, enfin !
Endormis par le faux rythme adverse, les Bleus devaient alors relever la tête. Malheureusement, le retour des vestiaires coïncide avec la deuxième lame argentine. Un coup de pied arrêté mal renvoyé, et voilà Messi qui voit son tir dévié dans le but par Mercado (1-2, 47e). Les Bleus se retrouvent alors dos au mur et contraints de revoir leur plan. Plus question de calculer. Et bizarrement, les voilà enfin conquérants. Durant cette période, ils acceptent une forme de déséquilibre et cette posture va faire voler en éclats la défense argentine en 11 minutes. L’égalisation sublime de Pavard (2-2, 57e) doit autant à une finition parfaite qu’à une construction aboutie sur le côté gauche, avec un mouvement en attaque placée.
Regonflée, la France s’en remet alors au talent de Mbappé pour assommer l’Albiceleste. L’attaquant du PSG fait mouche avec un enchaînement rapide dans la surface (3-2, 64e), avant de porter l’estocade quelques instants plus tard sur un contre (4-2, 68e). Un temps fort maximisé qui a raison des derniers espoirs argentins. Trop stériles dans le jeu, sans ressort, ils y ont à peine cru lorsque Agüero a réduit l’écart de la tête, dans le temps additionnel (4-3, 90e), rendant électriques les dernières secondes d’une partie au scénario inattendu. La France est en quart de finale de la Coupe du monde. Avec, en prime, le mérite d’avoir (enfin) soulevé les cœurs.


Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie