MosaikHub Magazine

Syrie : Assad promet de sanctionner son cousin, meurtrier d’un officier

lundi 10 août 2015 par Sterlin Charles

Un petit cousin du président a assassiné un officier parce qu’il l’avait doublé sur la route. Depuis, la communauté alaouite est sous tension.
Source AFP

Le président syrien Bachar el-Assad a promis de punir un cousin, qui a assassiné un officier supérieur à Lattaquié (est) en raison d’un conflit de circulation, a indiqué l’épouse de la victime au quotidien Al-Watan, proche du pouvoir. La femme du colonel Hassan al-Cheikh, tué jeudi par un petit cousin d’Assad, Souleimane el-Assad, a déclaré au journal qu’elle avait « reçu une promesse du président Assad de punir l’auteur [du crime] quel qu’il soit ». Selon elle, cette promesse a été transmise par « les délégations officielles qui se sont rendues à Lattaquié pour exprimer leur sympathie » à la famille de la victime. « J’ai confiance dans la parole du président qui s’en occupe personnellement », a-t-elle dit.

Depuis l’assassinat, une vive tension règne chez les alaouites, une communauté hétérodoxe issue du chiisme à laquelle appartiennent le meurtrier, sa victime et le président Assad. Des manifestations ont ainsi eu lieu dans des villages alaouites et certains ont ouvertement réclamé l’exécution du proche d’Assad, qui n’a pas été arrêté, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Terroriser les gens en toute impunité

Nasser al-Cheikh, qui accompagnait son frère en voiture, a raconté à Al-Watan que son frère « a été assassiné de sang-froid [par Souleimane el-Assad] parce qu’il ne l’avait pas laissé passer devant lui lors d’un embouteillage ». « Le sang de mon frère nous sauvera de ces actions criminelles qui tuent les gens sur les routes », a-t-il espéré, faisant allusion aux miliciens pro-régime qui se promènent avec des armes et imposent leur loi. Souleimane el-Assad avait en effet la réputation de se déplacer avec une arme et de terroriser les gens en toute impunité, se prévalant d’être de la famille du président.

« Le fait que les gens sont descendus dans la rue [à Lattaquié] pour demander que le meurtrier soit jugé montre qu’ils veulent se sentir en sécurité », a ajouté Nasser al-Cheikh dans Al-Watan. Selon le quotidien proche du pouvoir, le gouverneur de la province de Lattaquié a transmis à la famille de la victime des condoléances au nom de Bachar el-Assad et leur a affirmé que « tant que le président Assad serait là, leurs droits seraient respectés ».


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory