MosaikHub Magazine

Livres en folie : un flux continu de beaux moments de vie…

samedi 2 juin 2018 par Charles Sterlin

Au pied de l’estrade des jardins du Mupanah, une petite foule grossit dans la chaleur moite de ce vendredi 1er juin 2018. Au milieu de ce mélange de curieux attirés par les invités d’honneur et le ballet de VIP sur les plateaux de télés, une écolière de 7 ans, assise sur le pavé, assouvi un besoin pressant de lire

. Sans fard, l’enfant, adorable, croque l’instant dans sa bulle, dans un univers quasi parallèle, loin de la frénésie de ceux habités par le besoin d’écrire leurs histoires personnelles dans la grande histoire de Livres en folie en collectant signature et photos d’Emmelie Prophète ou de Dieudonné Fardin, les invités d’honneur de la 24e édition de Livres en folie. Le bonheur de la fillette, accompagnée de sa mère, est à la frontière du palpable et de l’impalpable. Comme si elle ne courait pas après l’heure parce que maîtresse du temps, de ce temps d’enfant, de ce temps d’immersion et de découverte de la magie du verbe, de la beauté des couleurs.
Plus d’une heure avant qu’elle n’arrive, parce que Livres en folie est un flux continu de beaux moments de vie, des dizaines d’autres petites filles, des écolières, sont venues saluer Emmelie Prophète, resplendissante. L’auteur d’« Impasse Dignité », « très émue », plus sensible qu’on ne le croirait, accueille debout ces petites filles. Ces petits enfants sont l’avenir, confie Emmelie Prophète, certaine que Livres en folie crée une ambiance, un déclic capable de susciter des vocations futures. Au bénéfice du pays et de la littérature, ajoute-t-elle, robe moutarde presque du même ton que ses cheveux.
La chanteuse Ruthshelle Guillaume, qui accompagne sa fille à la foire, exprime sans ambages sa foi dans le livre, dans la transmission de connaissance aux enfants. La chanteuse, normalienne de formation, se voit bien en Rihanna à l’avenir pour défendre la cause de la valorisation de la condition des enseignants, du savoir à rendre accessible pour tous.
Pour Frantz Duval, rédacteur en chef du journal Le Nouvelliste, « prendre un enfant par la main, l’accompagner à Livres en folie, affronter l’entrée, les bouscules, la chaleur, l’attente au comptoir pour acheter un livre, est un beau cadeau ». Sur le site, à côté des opérations de vente, la belle histoire humaine écrit une nouvelle page au chapitre de la mixité sociale, des liens à tisser entre des lycéens venus de l’Estère, d’Anse à veau, de la zone métropolitaine avec d’autres élèves.
« Cette belle place faite aux enfants, aux jeunes, est un choix calculé, un investissement », soutient Max E. Chauvet, directeur général du journal Le Nouvelliste, organisateur de l’évènement qui ne compte plus uniquement le succès au nombre de titres vendus, ni en affluence du public. « Ce n’était pas l’affluence habituelle. Je préfère cette fluidité mais surtout l’atmosphère entre les auteurs en signature et le public. Les échanges étaient très cordiaux », note Anaïse Chavenet de Communication Plus, incapable, pour le moment, de communiquer des chiffres sur les titres les plus vendus. Les informations sur les best- seller viendront ultérieurement, promet-elle, peinée par l’indisponibilité de « Massi », le roman très attendu de Gary Victor et quelques titres de Emmelie Prophète, édités chez Mémoire d’encrier. Le bateau n’est pas arrivé à temps. Cela, souligne Anaïse Chavenet, est pénalisant pour tout le monde.
Sans « delay » ou autre inconvénient de voyage, Edwy Plénel, venu de l’autre bout du monde, de la France, mu par le besoin de dévoiler les travers des puissants, s’est mis en mode partage, au profit du public, des jeunes d’Haïti. Cet intellectuel de gauche et toutes les autres mains à écrire l’histoire de la 24e édition, ont reçu le plus merveilleux des mots : merci. Merci de s’être mis au service de cette aventure collective pour faire avancer la cause du livre, du savoir en Haïti, souligne Frantz Duval, encore marqué par les beaux moments de cette 24e édition, de l’appropriation de l’évènement par le public, par les écoliers, les jeunes universitaires…

Roberson Alphonse
Auteur


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie