MosaikHub Magazine

L’OEA enquête en République dominicaine

samedi 11 juillet 2015 par Sterlin Charles

Une commission de l’Organisation des Etats américains (OEA) a commencé vendredi une visite en République dominicaine. Cette mission a pour responsabilité de recueillir des informations sur la situation des migrants au pays de Danilo Medina. Après deux jours de travail dans la partie Est de l’île, la mission est attendue en Haïti pour compléter sa feuille de route.

Le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains, Luis Almagro, l’avait confirmé mercredi à la rencontre spéciale du Conseil permanent de l’organisation mercredi. Une mission spéciale quitte Washington jeudi pour se rendre en République dominicaine et en Haïti. En dépit des réserves formulées par le ministre haïtien des Affaires étrangères sur cette initiative de l’OEA, la mission a effectivement démarré son travail vendredi dans la capitale dominicaine. La mission, qui est arrivée jeudi soir à Santo Domingo, a tenu plusieurs rencontres dans la journée de vendredi. Elle s’est réunie dans la matinée avec le ministre dominicain des Relations externes, Andrés Navarro. Un peu plus tard dans la journée, les missionnaires se sont rendus dans les bureaux de la junte centrale électorale, organisme responsable de l’identification des citoyens dominicains. Ils ont également visité les locaux du Plan national de régularisation basé au ministère de l’Intérieur et de la Police à Santo Domingo. Cette mission spéciale de l’Organisation des Etats américains est dirigée par le secrétaire de l’OEA pour les affaires politiques, le Mexicain Francisco Guerrero. D’autres fonctionnaires de la mission accompagneront Francisco Guerrero dans le cadre de cette mission attendue en Haïti en fin de week-end. « Déployée à l’invitation de la République dominicaine et du gouvernement haïtien, la mission spéciale, de nature technique, est impartiale », lit-on dans un communiqué de l’OEA rendu public vendredi. La mission est créée avec la volonté de construire des ponts entre les deux pays dans le but de trouver une solution durable aux différends, poursuit le communiqué de l’OEA. « Cette mission devra nous aider à évaluer la situation sur le terrain », avait expliqué le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro dans une rencontre avec le chancelier haïtien. Juste avant la réunion spéciale du Conseil permanent de l’OEA sur la situation, Luis Almagro a fait savoir que l’important pour l’OEA était de veiller au respect des droits humains et des principes de droit international. Il a également promis l’aide de l’organisation hémisphérique dans l’identification des personnes traversant la frontière. Le ministre haïtien des Affaires étrangères, Lener Renauld, avait profité de sa rencontre avec le Conseil permanent de l’OEA pour émettre quelques objections sur le mandat et la composition de la mission. Le chancelier a surtout demandé au Conseil permanent d’ouvrir cette mission à d’autres organismes internationaux, comme l’Organisation des Nations unies (ONU), la Communauté des Etats de la Caraïbe (CARICOM) et la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH). La demande de Lener Renauld, supportée par les représentants de la CARICOM au Conseil permanent de l’OEA, n’a pas reçu l’approbation de l’organisation hémisphérique. Le secrétaire général répondant aux objections du ministre Renauld avait indiqué qu’il recherchait une solution vite et durable à la crise qui dure depuis trop longtemps entre les deux pays. « Il s’agit d’un problème qui doit être résolu. Il faut trouver une décision définitive », avait déclaré le secrétaire Almagro lors d’une rencontre en tête à tête avec le ministre Renauld. « Il y a un sentiment d’urgence et nous devons agir », avait dit Almagro au Conseil permanent 24 heures avant le départ de la mission pour l’île. Durant sa visite dans les deux pays, la mission rencontrera des responsables gouvernementaux, des agences spécialisées dans l’enregistrement des migrants ainsi que les migrants eux-mêmes et les autres acteurs impliqués dans le processus. La mission, qui a entamé son travail à Santo Domingo vendredi, mettra fin à ses activités en Haïti le 14 juillet. Les délégués remettront leur rapport au secrétaire général de l’OEA. -
Louis-Joseph Olivier ljolivier@lenouvelliste.com


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory