MosaikHub Magazine

S’il y a autant d’inconnus au sein du gouvernement

vendredi 11 mars 2016 par Sterlin Charles

S’il y a autant d’inconnus au sein du gouvernement de consensus c’est parce que le chef de l’État a voulu éviter d’avoir des personnages qui sont en premier plan sur la scène politique, a fait savoir au Nouvelliste le chef de cabinet de Jocelerme Privert. Cependant, selon Jean-Max Bellerive, la plupart des membres du gouvernement ont été recommandés par le secteur politique, des organisations de base et syndicales.

Fanmi Lavalas compte deux conseillers au palais national, aucun ministre au gouvernement
Si les dirigeants du parti de Jean-Bertrand Aristide ne ratent jamais une occasion pour dire qu’ils ne sont pas proprement dit au pouvoir, Fanmi Lavalas avoue avoir contribué à l’arrivée de Jocelerme Privert au palais national. Du coup, le parti n’a aucune objection aux agissements du chef de l’Etat. Selon le Dr Shiller Louidor, membre du directoire de l’organisation politique, si Fanmi Lavalas n’a aucun ministre au sein du gouvernement, cependant, il a deux membres au palais national. Il s’agit de Yves Christalin et Shiller Louidor, deux conseillers du chef de l’Etat.

Fanmi Lavalas, a-t-il dit jeudi matin sur Radio Magik 9, exige la formation d’une commission d’évaluation électorale qui permettra à sa candidate à la présidence, Maryse Narcisse, placée en quatrième position selon les résultats du CEP de Pierre-Louis Opont, de revenir dans la course électorale.

Le PHTK dans l’opposition
Hier au timon des affaires, aujourd’hui dans l’opposition. C’est la nouvelle réalité du parti de l’ex-président Michel Martelly. « Pour avoir un gouvernement, faut-il bien qu’il y ait un Premier ministre », a lancé Guichard Doré, conseiller stratégique du PHTK. Selon lui, la nomination de Fritz-Alphonse Jean par Jocelerme Privert comme son Premier ministre ne respecte pas les clauses de l’accord du 6 février.

Il a indiqué que le parti du candidat à la présidence Jovenel Moïse ne fait pas partie du nouveau gouvernement et n’a pas été non plus invité aux consultations sur la formation du gouvernement.

Pitit Dessalines ne jure que par le retour de Moïse Jean-Charles à la course électorale Pour Moïse Jean-Charles, la plateforme qu’il dirige n’avait proposé des noms ni au poste de Premier ministre ni au gouvernement. Le leader de Pitit Dessalines a indiqué au Nouvelliste que la bataille qu’il mène ne doit pas être réduite à une question de postes ministériels. Toutefois, il a souligné au journal qu’il n’a aucune objection au gouvernement mis en place par Jocelerme Privert, son ancien collègue au Sénat.

L’ancien sénateur continue d’exiger la formation d’une commission de vérification électorale. Placé en troisième position selon les résultats de l’ancien CEP, le candidat à la présidence espère revenir dans la course électorale après le travail de cette commission. Il continue de croire que le PTHK avait fraudé lors des élections du 25 octobre.

L’OPL n’a pas de représentant dans ce gouvernement…
Sauveur Pierre Etienne a rencontré Jocelerme Privert plusieurs fois. Il reconnaît qu’il a des rapports étroits et personnels avec le chef de l’Etat. Cependant, pour le coordonnateur de l’OPL, ce n’est pas une raison pour son parti d’intégrer le gouvernement de consensus. « J’ai appelé le président Privert pour lui dire qu’en aucun cas l’OPL n’intégrera le gouvernement », a soutenu l’ancien candidat à la présidence.

La Fusion n’est pas intéressée
La Fusion n’était pas intéressée ni à participer au choix d’un Premier ministre ni à envoyer des membres au gouvernement, a indiqué Alix Richard, l’un des dirigeants du parti. Selon lui, son parti est prêt à discuter avec le chef de l’Etat sur comment sortir le pays de la crise, mais pas sur des postes ministériels. « Toute le monde sait qu’il n’y aura pas d’élections le 24 avril », a-t-il dit, dénonçant un jeu de dupe et de bluff.

Le MOPOD en mode marronnage
Allô Monsieur Turneb Delpé, Le Nouvelliste voudrait savoir l’implication du MOPOD dans la formation du gouvernement de consensus. « Il faut appeler soit Jean-André Victor ou Me Samuel Madistin », a-t-il dit de façon laconique au journal joint au téléphone jeudi soir. Au final, Le Nouvelliste n’a pu établir le contact avec aucun des responsables du MOPOD. En revanche, l’on sait que Marie-Denise Claude, membre du MOPOD, est la ministre à la Condition féminine et aux Droits des femmes du gouvernement de consensus.

Où est passé INITE ?
Généralement toujours disponibles à répondre aux questions de Le Nouvelliste, cette semaine les dirigeants de l’organisation politique INITE se font très rares. Sans succès, le journal a tenté d’entrer en contact avec Saurel Jacinthe et Paul Denis. Leur téléphone pleure sans réponse…

Le G-8 dit prendre note
Sans confirmer ni infirmer si ses membres ont proposé des noms pour intégrer le gouvernement de Fritz Jean, le G-8, dans un communiqué publié jeudi soir a dit simplement « prendre note de la liste des membres appelés à intégrer le nouveau CEP et se réserve le droit d’opiner sur cette liste après enquête sur la crédibilité de chacun de ces personnalités. »


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory